Défi : apprendre le Yi Jing en 64 semaines !

Bonjour, pour diverses raisons personnelles j’ai du mettre de côté ce défis pour un temps… Mais je le garde en tête et vous préviens dés que je le reprends !

Il arrive un moment où apprendre le Yi Jing par coeur devient incontournable dans son étude. La compréhension de sa structure et de ses arcanes ne suffit plus : il faut pouvoir se remémorer chacun des hexagrammes et connaître en précision la situation qu’ils dépeignent.

Le problème, c’est la quantité d’information à retenir. Pour le surmonter je vais utiliser différentes techniques que j’ai apprises lors de mon apprentissage du chinois.

Pourquoi apprendre le Yi Jing ?

Une façon d’être familier avec les hexagrammes est d’expérimenter beaucoup de tirages pour espérer parcourir le 64 situations type et 4096 possibilités. Rien de mieux pour retenir la signification d’un hexagramme que de le vivre à travers plusieurs problématiques personnelles. Deux problème se posent : le nombre de tirages à effectuer pour parcourir tous les cas possibles est imprévisible ; et, lorsque l’on démarre l’apprentissage du Yi Jing, on ne connaît pas les hexagrammes, ce qui rend l’analyse d’un tirage longue et fastidieuse.

Le Yi Jing n’est pas un texte mais un outil mental. C’est une structure sémantique de 64 situations types qui interagissent entre elles par de multiples correspondances. Par exemple, l’hexagramme inverse éclaire la situation d’origine en renseignant ce que la situation n’est pas. L’hexagramme nucléaire renseigne sur la dynamique de la situation. L’hexagramme retourné sur ce que la stratégie n’est pas… En ajoutant à cela les trais dérivés, c’est une véritable structure sémantique fractale qui se dessine. Ce prisme est une boussole que l’on pose sur la réalité pour révéler l’essentiel de la situation présente.

Les 64 hexagrammes du Yi Jing

Les 64 hexagrammes du Yi Jing disposés en cercle , symbole du ciel (Yang), et du carré symbole de la Terre (Yin). le cercle et le carré, le couple Ciel Terre 乾坤 qui en chinois veux dire « Univers ».

Lorsque l’on débute, plusieurs heures peuvent être nécessaires pour parcourir toutes les ramifications de l’interprétation d’un tirage. Le manque de connaissances des hexagrammes, notamment périphériques au tirage, peut nous faire passer à côté d’informations cruciales.

Apprendre le Yi Jing par cœur me permettra de décupler la profondeur et la rapidité de mes analyses. Avoir en tête la structure globale du Yi Jing, devrait aussi me permettre de faire davantage de liens entre les symboles du texte. C’est de cela qu’il s’agit avec le Yi Jing : faire des liens pour dégager du sens et une décision.

Comment apprendre le Yi Jing ?

Une langue possède une grammaire et un vocabulaire qui structure et colore notre façon de penser. Il en va de même pour le Yi Jing. J’ai décidé de le voir comme un langage. Comme l’est le chinois, cette structuration de la réalité est éminemment symbolique : chaque Sinogrammes est un tableau qui contient une foule de sens qui s’imbriquent.

Avec un système de répétitions espacées

Les systèmes de répétitions espacées sont devenus incontournables dans l’apprentissage des langues. La répétition espacées est une méthode créée pour apprendre un gros volume d’informations en peu de temps. Le principe : sur une carte, on écrit une question au recto et une réponse au verso. Cette carte constitue un « fait » à apprendre et retenir. Cela constitue le plus petit morceau de savoir concernant une discipline. Chaque jour, on révise ces cartes. La difficulté avec laquelle on se remémore une réponse déterminera le moment de la prochaine révision : 10 minutes, 1 jour, 4 jours, 1 semaine, 1 mois. Au bout d’un certain nombre de répétitions, le « fait » est considéré comme appris. De nombreux logiciels, comme Anki, permettent d’automatiser ce processus et de réviser sur mobile.

En créant des histoires et des images mentales

Lorsque j’apprenais le japonais, j’ai découvert la méthode James W. Heisig « Remembering the Kanji ». Elle propose de retenir les idéogrammes avec des histoires. A chaque nouveau caractère, l’élève doit se créer une image mentale rassemblant tous les constituants du caractère autour d’une histoire rappelant son étymologie. En créant cette image mentale l’élève s’approprie une première fois le signe. Couplé à la répétition espacée, il le grave dans sa mémoire. Je vais appliquer ce même procédé pour chaque hexagramme et chaque élément du Yi Jing à apprendre.

Pour créer mes histoires je me baserai essentiellement sur la brique rouge.

Apprendre le Yi Jing avec des histoires, comme pour les caractères chinois.

Le caractère Yi 易 qui signifie le changement, est composé du signe du soleil (en haut) et de la pluie (en bas). Pour le retenir il faut se rappeler l’histoire suivante : le soleil (Yang) qui succède à la pluie (Yin) c’est ça le changement.

En lançant un défi

Lorsque l’on se lance dans un apprentissage sur le long terme, il faut s’assurer de pouvoir aller jusqu’au bout. Une façon efficace est de se lancer un défi et de s’engager auprès d’un maximum de personnes. C’est pourquoi je lance ce défi sur mon blog : pour qu’un maximum de personnes m’incitent à rendre compte de mon avancement. Chaque semaine je publierai un article consacré à un hexagramme.

Et vous, quelles méthodes utilisez-vous pour apprendre le Yi Jing ? Partagez en commentaire vos astuces pour retenir les hexagrammes !

 

Etiqueté avec :

Donnez votre avis !